LA PETITE HISTOIRE Des FILMS 16MM

Le format 16 mm est celui d'une pellicule cinématographique d'une largeur de 16 mm. Lancé  par Kodak en 1923, son premier ensemble était composé d'une caméra muette, d'un projecteur et d'un trépied qui coutait 335 USD.


Kodak manquant de film d'édition pour son projecteur 16mm, décide alors d'embaucher Willard Beech Cook de la société Pathescope of America pour créer une nouvelle filmothèque Kodascope de film 16mm.
Il est à noter que Kodak n'a jamais utilisé de film à base de nitrate pour le 16mm en raison de sa haute inflammabilité (le 35mm nitrate a été abandonné en 1952).
Au début, le film 16mm muet était surtout destiné à la projection à la maison.

RCA Victor quant a lui  présente son projecteur de film sonore  16mm en 1932, puis développe une caméra 16mm sonore sur pellicule en 1935.

C'est cette même année que Kodak produit la pellicule Kodachrome pour le  16mm avec l'ajout de pistes sonores optiques, ceci donna une énorme impulsion à sa popularité. Il  fut utilisé pendant la seconde guerre mondiale. Il s'est étendu ensuite au cinéma professionnel après la guerre avec notamment un réseau de films gouvernementaux, commerciaux, médicaux et industriels de 1950 à 1960.

Dans les années 60, les scopitones c'était du film 16mm. C'était un espèce de juxebox sur lequel se trouvait un écran. Il suffisait d'y mettre quelques pièces pour y voir tous les yéyés de l'époque.

Avec l'avènement de la télévision, le cinéma maison a littéralement changé et les formats réduits moins coûteux étaient le 8mm et le super 8.
Mais le film 16mm reste toujours  largement utilisé dans les productions télévisées des années 70 avec des caméras légères dans de nombreux pays et ceci avant l'arrivée des caméras videos portables.

Le super 16 est une déclinaison du 16mm , l'aspect ratio est de 1,66, c'est le format dit "Paramount". Il a été développé par Rune Ericson en 1969 en utilisant qu'un pignon et en profitant d'une surface d'image élargie et d'une perforation que d'un seul côté.

 

Les différents formats de 16mm

16mm simple et double perforations

16 mm (substandard)

La pellicule présente une perforation par image, à la hauteur de l'inter-image. À l'origine, le film présentait des perforations de chaque côté, mais l'arrivé du cinéma sonore synchrone rend nécessaire de disposer d'une piste sonore (magnétique ou optique) ceci  a généralisé l'usage du film à  perforations d'un seul côté.

Le rapport d'image standard est 1,37:1

 

 

Super 16

Super 16

Le format Super 16 a été inventé par Rune Ericson en 1969.
Actuellement, le film 16 mm est surtout utilisé pour des prises de vues dans le format Super 16 qui donne un rapport d'image de 1,66:1.

Ce rapport convient mieux à la numérisation 16/9 HD (1,78:1). En super 16, on n'utilise que de la pellicule « simple perforation », c'est la seule pratiquement disponible aujourd'hui chez Kodak. Il est à noter que la pellicule 16 mm simple-perforation vierge est souvent appelé  « pellicule super 16 ».
À la prise de vue, le cadrage peut être fait en 1,66:1, 1,85:1 ou, même 2,40:1.

Le Super 16 consiste à agrandir l'image en empiétant sur la partie réservée à la piste sonore afin d'avoir un format panoramique 1,66 :1.

Abandonné par la plupart des grosses productions, il est encore quelquefois utilisé en court-métrage, ainsi qu'en clip, sans oublier de nombreuses séries et autres téléfilms, du fait de la demande des chaînes pour le format 16:9.

La première saison de Sex and the City a été tourné sur S16. Les trois première saison de Stargate SG-1 ont été tournées en S16 aussi.


Le Super 16 consiste à agrandir l'image en empiétant sur la partie réservée à la piste sonore afin d'avoir un format panoramique 1,66 :1.

Ultra 16

Ultra 16
L'Ultra 16 a été inventé par Frank G. DeMarco en 1996. qui permet d'avoir une image panoramique de ratio 1,85:1.
L'astuce consiste à réduire légèrement la hauteur de l'image pour qu'elle passe entre deux perforations.

La modification d'une caméra 16 mm en ultra 16 est moins coûteuse et plus simple car il n'est plus nécessaire de déplacer l'axe optique.
Des cinéastes amateurs ont parfois utilisé l'Ultra 16, d'une part parce que la modification de la caméra et du projecteur coûtent moins cher que pour le Super 16 (qui nécessite le déplacement de l'axe optique) et parce qu'il reste de la  place sur le bord pour le  pistage magnétique (ce qui n'est pas le cas du Super 16).

Les couleurs des films 16mm

Au fil du temps les colorants, cyan, jaune qui forme le film couleur 16mm  s'affadissent. Dans le cas des films amateurs Kodachrome et Technicolor, les colorants sont stables et la détérioration est lente.

Par contre, les couleurs des films Eastmancolor et les autres pellicules ordinaires 16mm d' autres fabricants sont plutôt instables. Les colorants se dégradent a des taux différents, mais le magenta est le plus durable d'où cette teinte de certains films 16mm jusqu'à devenir rouge pâle et sans aucune autre couleur lorsque la pellicule est en fin de vie.